Etienne Boulanger

infra - muros _ 9 avril – 19 juin 2011

Etienne Boulanger a développé un travail artistique basé sur la réappropriation de zones transitoires en opérant des interventions parasites et furtives dans l’environnement urbain, et des installations éphémères dans des galeries ou des institutions. Artiste nomade, il arpente les villes emblématiques de la métropolisation, telles Berlin, Pékin, Shanghai, Tokyo ou New York. Il y repère interstices, friches, et espaces résiduels pour les investir par une habile stratégie de camouflage. Ses œuvres, réalisées in situ, ne se situent pas dans une logique de reproduction ou de production d’objet : par des interventions temporaires et des occupations clandestines de ces lieux, il tend à poser un regard critique sur notre environnement, en s’adressant par un activisme discret aux autres usagers de ces espaces.
Les œuvres d’Etienne Boulanger disent l’acuité de son regard sur les circonvolutions de notre société, elles sont un signal bienveillant adressé à la trivialité de nos vies. L’ambition de ses oeuvres, de ses interventions, repose sur une méthode éprouvée: quadriller, observer, élaborer, intervenir, et parfois habiter. À cette méthode s’ajoutent l’exigence, l’adaptation, l’investissement. Etienne Boulanger se bat ainsi contre la standardisation de nos existences, il lutte contre la rationalisation,
la marchandisation, contre le pouvoir diffus, contre l’autorité. Il défend avec ferveur la différence, l’alternative, la révolte, la clandestinité, la liberté. À bien y regarder, Etienne Boulanger c’est l’infini potentiel de subversion.
L’exposition du cab revient sur le parcours de cet artiste surprenant à travers la présentation d’un ensemble d’oeuvres emblématiques de sa recherche artistique.
Etienne Boulanger est né à Longeville-lès-Metz, France, en 1976 et décédé à New York, U.S.A., en 2008. Il a fait ses études à l’Ecole Nationale d’Art de Nancy, où il a été diplômé en 2000 (DNSEP).

Cette exposition est réalisée grâce au soutien de la Ville de Grenoble, de la Régie du Téléphérique, de la Drac Rhône-Alpes, de la Région Rhône-Alpes, du Conseil général de l’Isère et de fonds privés grâce aux mécénats d’entreprises et de particuliers. Le Centre d’Art Bastille est membre de DCA – Association pour le développement des centres d’Art. Nous remercions l’Association Etienne Boulanger pour sa contribution à la réalisation de cette exposition.

Salle 1
BERLIN PLUG IN (Occupation temporaire d’espaces interstitiels)
Plug in Berlin est une « expérience nomade en milieu urbain ». Pendant deux ans, Etienne Boulanger entreprend un quadrillage méthodique et systématique de 3 quartiers de Berlin (Prenzlauer Berg, Mitte, Friedrichshain). Il en dessine une nouvelle cartographie; celle des vides, des interstices, des anfractuosités, des chantiers… Ce travail de recensement photographique et topographique sert de point de départ à un plan stratégique d’occupation de la ville: il investit ces espaces en y construisant des abris précaires avec des matériaux de récupération localisés lors de ses repérages. Ces constructions, clandestines et provisoires, constituent un habitat nomade pour l’artiste et une stratégie de camouflage dans la ville.
Il filme et photographie ses interventions, et complète ainsi le corpus documentaire issu de ses repérages.
Cette installation est constituée des éléments suivant :
Berlin map
2001-2003
Carte plastifiée composée de photocopies des 437 plans issus de la série « Secteurs », stylo bille, adhésif,
300 x 400 cm.
Abris (anfractuosités)
2001-2003
Série de 160 ektachromes 24 x 36 cm
Playground
2003
Cd-rom interactif
Abris
Dvd comprenant les 10 vidéos «shelters», vidéos réalisées lors des interventions sur sites
27’32’’

Salle 2
Inventaires photographiques
6 séries de 81 diapositives, projetées avec timer. Format paysage ou portrait.
Ces photographies accumulées sont comme un inventaire de la disparition. Chaque photographie réalisée rejoint une base de données qui nourrit le travail d’Etienne Boulanger. Elles ne donnent pas forcément lieu à une intervention de l’artiste mais signale son intérêt pour ces espaces voués à la destruction et à l’oubli, ce que renforce la diffusion sous format diapositive.
Cette installation comprend :
Greffes
2004/2006, série de 81 ektachromes 36 x 24 cm
Photographies réalisés lors du projet Beijing Olympic Games d’extensions / greffes précaires existantes
à Pékin.
Sukima
2003, série de 81 ektachromes 36 x 24 cm
Photographies d’espaces anti-sismique existant entre différents bâtiments à Tokyo.
Berlin (wohnung) #1 Sous titre : « crânes » (2 fenêtres)
2001-2003, Série de 81 ektachromes 24 x 36 cm
Photographies frontales d’appartements temporairement inoccupés a Berlin (abandonnés, dénudés, rénovés ou cassé), réalisé en parallèle au projet Berlin Plug in
Inside
2004/2006, série de 81 ektachromes 36 x 24 cm
Photographies d’interieurs en ruine à Pékin réalisés lors du projet Beijing Olympic Games.
Gates
2003, série de 81 ektachromes 24 x 36 cm
Photographies des portes d’entrée des chantiers des infrastructures des Jeux Olympiques de Pékin.
Obturations
2004/2006, série de 81 ektachromes 24 x 36 cm
Photographies frontales, plan serre de bouchages de murs existants a Pékin réalisés lors du projet Beijing Olympic Games

Salle vidéo
Shields

2002
Réalisées en paralèlle de Berlin Plug in, les actions «bouclier» sont effectuées dans des cavités de volume extrêmement restreint. Etienne Boulanger occupe ces creux le plus longtemps possible en s’y enfermant, camouflé par des panneaux de matériaux de récupération. La caméra filme l’action en plan large, pas de montage, le temps de la vidéo correspond au temps d’occupation du lieu. Le son est pris depuis l’intérieur de la cavité.
Cette installation comprend :
Shield #01, S-082. A06, Monbijou
vidéo, 17’51’’
Shield #03, S065. A11, Schliemann strasse
vidéo, 17’25’’
Shield #04, S024. A05, Anklamerstrasse
vidéo, 9’19’’
Shield #06, S-007. A08, Fehrberliner strasse
vidéo, 5’38’’

Posted in: