Fabrice Croux

Faire des tas _ 9 octobre 2016 - 8 janvier 2017

Alors que je venais de tomber sur des propos savoureux d’Alain dans Méduse & Co de Roger Caillois, établissant un
parallèle entre la forme conique du tas et les pyramides, Fabrice Croux me confirma son intention d’intituler son
exposition au Cab, Faire des tas.

Crédit photo : Centre d’art bastille

Comment ainsi ne pas penser aux Sylvains – ces tas de sable de chantier animés de fines guirlandes lumineuses –
ainsi qu’a ses autres pièces issues de gestes et de formes tout aussi rudimentaires, sans imaginer qu’ils puissent
expliquer par leur caractère élémentaire, la longévité des constructions égyptiennes, « monuments construits déjà
écroulés »1.

S’agissant de pyramide, l’analogie au tas, aussi cocasse soit-elle, introduit une idée séduisante : élever
une architecture selon une forme contrainte par la pesanteur – une manière de concilier l’humilité (on ne sait
jamais, mieux vaut assurer le coup) au gigantisme, à la démesure.

Posted in: