✨ On continue #38✨

  • ✨ On continue #38

    – Art en confinement –

  • Suivez-nous sur Facebook

    Suivez-nous sur Instagram 

On se revoit bientôt, mais pas tout de suite.
Dans l’immédiat nous allons continuer à vous offrir un peu de rétrospectives, jusqu’à jeudi, pour vous dévoiler vendredi plusieurs projets sur lesquels nous avons travaillé pendant cette période de confinement.
Quant à se revoir autour de notre prochaine exposition de Nelson Pernisco au Cab, cela ne sera pas avant le mois de juin, au plus tôt.
Une exposition ça prend du temps à se mettre en place, d’autant plus quand production in-situ il y a! Et afin de vous accueillir dans les meilleures conditions possibles, nous devons aussi créer un parcours de circulation et équiper nos équipes.
D’ici là, restons prudents.

Aujourd’hui nous vous proposons de revenir sur l’apocalyptique solo de Thomas Teurlai “Dancing Ghosts”. Automne 2019.

————————————————————————

Thomas Teurlai est né en 1988 à Meaux (France)
Il vit et travaille à Paris (France)
Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Nantes 2009 et de la Villa Arson en 2011—–
[Artiste invité=”” ugo=”” schiavi=””][/Artiste]
Il est né en 1987 à Neuilly-sur-Seine (France) Il vit et travaille à Marseille (France)
Il est diplômé de la Villa Arson en 2011 

————————————————————————

“Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es. Johann Wolfgang Goethe

Danse ténébreuse, saccadée plutôt que macabre, voici ce qui est à l’œuvre dans l’exposition Dancing Ghosts de Thomas Teurlai. Si les âmes y errent et se mélangent viscéralement aux objets – baskets, platine, cabine de douche deviennent les « membres fantômes » de ces dispositifs sculpturaux. Des corps mécaniques se dissolvent dans
l’eau, se transforment au contact de la lumière et de l’air. Tout est ici vibrant dans un état instable, au bord du gouffre. L’artiste a trafiqué et combiné l’ensemble de ses œuvres avec des objets oubliés, délaissés, abandonnés proposant une expérience tant physique que mystique. Son goût pour le dévalorisé et le dégradé se conjuguent avec le lieu en une tension pleine de dynamisme et de magie. Redéfinissant la valeur et la symbolique de chaque objet, Thomas Teurlai influe sur les forces mystérieuses de la nature par l’usage de forces ancestrales. Artiste habité par une histoire ensevelie de formes, de matériaux et de pratiques rituelles, ses œuvres déterrent des récits qui allient sons, sculpture et sciences humaines – de l’anthropologie aux sciences des religions. Chacune d’elles rejoue des croyances et des superstitions : communiquer, chasser les esprits, danser sur un rythme brutal et énergique pour stabiliser l’esprit. Endossant le rôle de l’alchimiste, il ensorcelle les corps – de toute nature – puis les transforme grâce à des opérations tant chimiques que mécaniques. (…)”

Marianne Derrien

Le texte dans son intégralité par ici 

Photographie : Christophe Levet : Thomas Teurlai, “Dancing Ghosts”, 2019, Cab

Posted in: