✨ On continue #24✨

  • ✨ On continue #24

    – Art en confinement –

  • Suivez-nous sur Facebook

    Suivez-nous sur Instagram 

Nous souhaitons pouvoir continuer à vous offrir un peu de culture et de diversité, c’est pourquoi tout au long de ces semaines nous allons distiller via nos réseaux sociaux, notre site web et notre newsletter un contenu créé pour vous faire connaitre notre métier, vous parler de nos prochaines expositions, susciter votre curiosité, mais aussi vous présenter les personnes qui travaillent avec nous tout au long de l’année.
Nous vous donnons donc rendez-vous quotidiennement pour cette nouvelle aventure!

Aujourd’hui nous vous proposons de revenir sur l’exposition personnelle de Johnston Foster “Token Omen” présentée de septembre à décembre 2010 :

————————————————————————

Johnston Foster est un artiste Américain.
Né en 1978 à South Boston (Virginia, USA).
Il vit et travaille à Bedford (Nova Scotia, Canada)

————————————————————————

Johnston Foster est l’un des artistes engagés les plus en vue de sa génération. Ses sources d’inspiration puisent dans la vie civilisée et la vie en millieu naturel. De cette confrontation sont issues des oeuvres qui ressemblent à des dessins animés ou l’imagerie animalière se substitue aux êtres humains et personnifie émotions et concepts. Influencé par les films, la télévision, son style est “rapide, brut, non raffiné” et ses sculptures, à première vue amusantes, sont en fait beaucoup plus sombres. Son travail exprime sa peur du monde actuel.

L’artiste a choisi d’intituler sa deuxième exposition personnelle au cab « Token Omen », soit le présage symbolique.
Chacune des pièces de cette nouvelle exposition évoque à sa manière la perte ou le désastre, thème cher à l’artiste. En effet, on trouve peu de figure humaine chez Johnston Foster car à la manière des fables antiques et des différentes mythologies, elle s’efface de son œuvre au profit d’une allégorie animalière de nos comportements. Ce qui permet ainsi à l’artiste de porter un regard sans complaisance sur notre société de consommation dont les excès se manifestent de plus en plus sur l’évolution de notre environnement. Car si l’œuvre de Johnston Foster utilise un langage visuel issu de la pop culture et semble à première vue amusante, rassurante et positive, elle traduit surtout les inquiétudes de l’artiste face au monde occidental contemporain et à ses excès. Collectionnant détritus et déchets, l’artiste s’en empare pour les transfigurer à travers ses œuvres. Mais Johnston Foster ne se contente pas de recycler les matériaux qu’il ramasse, il y puise l’inspiration qui le guide dans son travail. L’on comprend mieux pourquoi Johnston Foster est ainsi considéré comme un des artistes les plus engagés de sa génération. À l’occasion de cette exposition, Johnston Foster a réalisé 2 œuvres in-situ inédites.

————————————————————————

Photographie : Laurent Salino, Johnston Foster, “High Plains Drifter”, 2009

Posted in: