✨ On continue #18✨

  • ✨ On continue #18

    – Art en confinement –

  • Suivez-nous sur Facebook

    Suivez-nous sur Instagram 

Nous souhaitons pouvoir continuer à vous offrir un peu de culture et de diversité, c’est pourquoi tout au long de ces semaines nous allons distiller via nos réseaux sociaux, notre site web et notre newsletter un contenu créé pour vous faire connaitre notre métier, vous parler de nos prochaines expositions, susciter votre curiosité, mais aussi vous présenter les personnes qui travaillent avec nous tout au long de l’année.
Nous vous donnons donc rendez-vous quotidiennement pour cette nouvelle aventure!

Aujourd’hui nous vous proposons de revenir sur l’exposition personnelle de Nicolas Sassoon “Waterfalls” présentée de septembre 2013 à janvier 2014 :

————————————————————————

Nicolas Sassoon est un artiste Français.
Né en 1981 à Marseille (France).
Il vit et travaille à Vancouver (Canada).

Le travail de Nicolas Sassoon prend pour point de départ les représentations fantasmées du paysage, de l’architecture et de l’environnement domestique via l’utilisation d’outils informatiques. À travers une imagerie fondée sur les premiers dessins et rendus par ordinateurs, ses œuvres se caractérisent par un encodage rigoureux des formes, dans lesquelles des sujets premièrement figuratifs basculent dans l’abstraction, le phénomène optique et la contemplation.

Dans WATERFALLS, l’artiste présente quatre séries d’œuvres transposant sa recherche d’une mise en espace digitale, via la publication en ligne, vers une mise en espace physique au sein du centre d’art bastille. Les œuvres présentées, initialement digitales, gagnent une nouvelle matérialité dans l’exposition sans pour autant perdre le lien avec leurs itérations virtuelles. A travers trois principaux formats (projections, impressions et sculptures) les quatre séries d’œuvres présentes dans l’exposition (Homelands, Builds, Waterfalls et Mansion Studies) font état de cette transposition tout en explorant les thèmes récurrents du travail de l’artiste.

Dans Mansions Studies, Nicolas Sassoon propose ainsi une perspective contemplative sur la technologie informatique comme vecteur de création de rêveries architecturales improbables, faisant résonner son projet avec des formes d’art traditionnel japonais telles que le Bonsaï, le Saikei ou le Suiseki. Dans Builds et Homelands, il utilise des outils de rendus paysagers et architecturaux afin de créer des paysages sculpturaux, en écho avec différents langages picturaux de la peinture abstraite et romantique. Enfin dans Waterfalls, l’artiste présente une transposition spatiale de ses all-overs animés sous la forme de larges vidéo projections, transformant un élément naturel en une abstraction purement digitale se rapprochant des enjeux de l’art cinétique.

————————————————————————

Nous vous invitons à vous rendre sur son site internet pour découvrir ses projets plus récents.

N’hésitez pas à faire un tour sur la page dédiée de notre site internet pour retrouver les photos de l’exposition de Nicolas Sassoon

Photographie : Centre d’art bastille, Nicolas Sassoon, “Mansions studies”, 2013, production Centre d’art bastille

Posted in: