Logo - CAB - Centre d'Art Bastille - Grenoble
acceuil du site
Présentation du Centre d'Art Bastille
Expositions en cours
Expositions passées
2011
2010
2009
2008
2007
2006
Multiples et badges d'artistes
Services des publics
Mécénat et partenariat
Téléchargements
Liens et réseaux sociaux
Contact
Happy Together, an american dream
Vito Acconci, John Baldessari, Dara Birnbaum, Jay Chung, Tony Cokes, Trisha Donnelly Jimmie Durham, Hans Haacke, Jenny Holzer, Tom Johnson, Yoko Ono, David Robbins, Martha Rosler with Oleanna Group, Ed Ruscha, Carolee Schneemann, Allan Sekula, Patti Smith, Immanuel Wallerstein, Rirkrit Tiravanija.
15 novembre - 4 janvier 2008
Exposition dans le cadre du 5e mois américain à Grenoble
 

Dossier de presse
Happy Together,
an american dream
 
« Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Thomas Jefferson, 1776

Des suites de la Révolution américaine est né un nouvel État, une nouvelle nation avec ses symboles et ses mythes fondateurs. Les Etats-Unis ont ainsi vu le jour en réaction à la pression politique et économique de l’Angleterre sur ses colonies américaines. Cette révolution a provoqué de profonds changements intellectuels guidés par les idéaux républicain et démocratique qui forment aujourd’hui encore le socle des valeurs américaines, valeurs traduites dans une série de textes de références (Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776, Constitution de 1787 et Déclaration des droits de 1791) qui délivrent un message de liberté parallèlement à la revendication du droit à l’égalité, à la vie et à « la recherche du bonheur ».
Cette recherche du bonheur et ce message de liberté est le point de départ de cette nouvelle exposition du centre d’art bastille. Ces idéaux se trouvent toujours au coeur d’une société régie par l’évocation constante de ces textes fondateurs. L’exposition « Happy together, an american dream » se propose ainsi d’en étudier la réalité aujourd’hui, une réalité autant sociale, économique que politique.
 
 
Œuvres présentées  

Cette exposition prend pour point de départ « Utopia Station (Gare utopie) », proposition artistique autant que réflexion philosophique et politique qui a vu le jour en 2003 sous la forme d’un projet initié par les commissaires d’expositions Molly Nesbit, Hans Ulrich Obrist et l’artiste Rirkrit Tiravanija à la Biennale de Venise et auquel participent ou ont participé plus de 300 artistes. « Ce projet est un outil, une manière de s’organiser et d’offrir un ensemble d’options, un passage où se rencontrer sur le chemin de l’Utopie, ou d’une vie meilleure… » (Molly Nesbit in « Le monde diplomatique », août 2007). Une utopie dont l’interprétation contemporaine prend tout son sens ici. Une utopie qui se reflète particulièrement dans les œuvres réalisées par les artistes américains, car liée à l’histoire particulière de la société américaine. Une utopie qui se confronte à l’évolution et aux dérives que connait cette société américaine ces trente dernières années et que retranscrivent les autres œuvres présentées.

Vito Acconci « Utopia Station »
Né en 1940 à New York (USA).
Vit et travaille à Brooklyn (USA).
L’œuvre de Vito Acconci s’est d’abord manifestée dans la poésie, la performance, le film, la vidéo, le son, l’installation, la sculpture, puis avec la création du Studio Acconci, l’architecture et le design. Vito Acconci a une conception politique de l’art simple : pour lui, l’espace public devrait fonctionner comme un forum et être un lieu de débat. Il redéfinit dans son travail les relations entre l’objet et l’événement, les œuvres et leur inscription dans un contexte spatial et social, entre l’artiste et son public.

John Baldessari « Utopia Station »
Né en 1931 à National City,Californie (USA).
Vit et travaille à Santa Monica, Californie (USA).
John Baldessari façonne une œuvre qui fait de lui l’un des principaux représentants, toutes générations confondues, de l’art conceptuel de la côte ouest américaine. Son travail, sous-tendu par le dialogue entre des formes distinctes telles que le cinéma, la photographie et la peinture, interroge les notions d’œuvre (à travers le choix de ses supports) et d’auteur (par ses interventions).

Dara Birnbaum « Utopia Station »
Née en 1946 à New-York (USA).
Vit et travaille à New-York (USA).
« Dans ses vidéos et ses installations, Dara Birnbaum dénonce et critique le pouvoir de manipulation des médias de masse en détournant les images qu’ils produisent. Sa démarche subversive s’appuie sur les manipulations technologiques qu’offre la vidéo pour déconstruire le flux des programmes télévisés (jeux, séries, programmes sportifs) afin d’en afficher la superficialité. En explorant et réinterprétant les codes et la grammaire de la télévision commerciale l’artiste cherche à révéler les mécanismes contradictoires qui existent à l’intérieur de ce médium. » Priscilia Marques.

Jay Chung « Utopia Station »
Né en 1976 à Madison, Wisconsin (USA).
Vit et travaille à Berlin (Allemagne).
Utilisant aussi bien la photographie, la vidéo, la peinture que la sculpture, Jay Chung travaille sur les limites de la perceptibilité. Issu le plus souvent d’actions dissimulées fondées sur la mystification voire le mensonge, son travail induit l’idée d’une « manipulation ». Ses œuvres illustrent un événement fictif ou réel. Le spectateur n’a cependant aucun moyen de s’assurer de l’authenticité ou l’inauthenticité de cet événement, l’artiste laissant délibérément planer le doute. L’œuvre de Chung prend son sens dans la réception que veut bien lui réserver le spectateur.

Tony Cokes « Evil 5 : Grin and Bear (No Responsibility Mix) » & « Evil.6 : Making the Case/ Faking the Books »
Né en 1956 à Richmond, Virginie (USA).
Vit et travaille à New York (USA).
Les installations vidéo et multimédia de Tony Cokes (qui travaille souvent en collaboration avec d’autres artistes) questionnent l’influence de la race, du genre mais aussi celle des formats culturels établis par Hollywood dans notre perception de l’image et du son. Ainsi dans ses deux vidéos Evil 5 & Evil 6, Tony Cokes utilise texte et musique pop comme forme de critique politique.

Trisha Donnelly « Utopia Station »
Née en 1974 à San Francisco (USA).
Vit et travaille à Los Angeles (USA).
Les œuvres de Trisha Donnelly peuvent aussi bien être des dessins, des photographies, des vidéos que des pièces sonores ou des performances. Tous les supports avec lesquels elle travaille représentent des réservoirs de réflexions. Même l’espace et le temps de l’exposition sont envisagés comme partie intégrante de ses œuvres. Elle brouille les codes de l’exposition et étire sa temporalité habituelle, en explore les avants, les après, les à-côtés, les interstices et les entre-deux pour nous montrer un monde de réminiscences – historiques, géographiques, symboliques et spirituelles – et de fantasmes.

Jimmie Durham « Utopia Station »
Né en 1940 à Washington, Arizona (USA).
Vit et travaille à Berlin (Allemagne).
Cherokee, artiste et activiste politique de l’American Indian Movement depuis les années 60, Jimmie Durham est considéré comme un poète nomade, un magicien de l’image. Depuis les années 80, il crée d’étranges objets, des assemblages et des installations qui trouvent leur source principale dans la culture indienne dont il se sert pour déconstruire les stéréotypes et les préjugés de la culture occidentale. Perspicace et ironique, son travail répond au scepticisme de nos cultures, de nos différentes croyances et de nos modes de vie. Pour lui l’Homme n’est jamais en conflit avec la nature mais en est une partie intégrante.

Hans Haacke « Creating Consent »
Né en 1936 à Cologne (Allemagne).
Vit et travaille à New-York (USA).
Artiste allemand vivant depuis 1965 à New York, Hans Haacke occupe dans l’art contemporain une position en marge de toute catégorie, même si sa démarche peut s’apparenter par certains aspects à l’art conceptuel. Considéré comme un artiste politique, terminologie qu’il faut prendre dans un sens large, le travail de Hans Haacke s’est développé à partir du postulat radical que l’art a une fonction sociale, donc implicitement politique et idéologique. Son travail dénonce ainsi les connivences entre le milieu des affaires, de la politique, de l’art et de la culture. Proche du journalisme d’investigation, ses œuvres avivent la vigilance du spectateur citoyen et entretiennent sa conscience.

Jenny Holzer « Under a rock (#49) »
Née en 1950 à Gallipolis, Ohio (USA).
Elle vit et travaille à New York (USA).
Jenny Holzer s’est fait connaître en apposant des affiches dans les rues de New York, sur lesquelles on pouvait lire des phrases courtes, comme autant de lieux communs du discours. Ces affichettes, qu’elle nomme des Truismes, marquent le début de sa carrière. Son travail tourne ainsi principalement autour du langage. Refusant les lieux d’exposition traditionnels que sont les galeries et les musées, elle préfère diffuser ses messages, qui s’emparent avec virulence de thèmes comme la mort, la guerre ou le sexe, sur la place publique, pour toucher la sphère sociale la plus large possible.

Tom Johnson « What a black man feels like »
Né en 1966 à New-York (USA).
Vit et travaille à Turin (Italie).
Tom Johnson est sculpteur, vidéaste aussi bien que performeur. Mais s’il utilise autant de médias différents, son sujet reste le même. Tom Johnson travaille à partir de lui, de ses expériences, du regard qu’il porte sur le monde. En effet, pour Tom Johnson, nous passons notre temps à nous regarder, à parler de nous, de nos expériences, même si celles-ci restent d’une confondante banalité. De là est né un travail portant sur la relation que tout un chacun porte aux autres. De son cas particulier, il a développé, à travers ses œuvres, un regard global sur le fonctionnement de la société, un regard possédant dès lors une forte connotation sociale car, à l’aune de son propre ressenti, Tom Johnson y met en avant la complexité des relations humaines, une complexité liée à la question du genre, de la race et de la hiérarchie sociale.

Yoko Ono « Utopia Station »
Née en 1937 à Tokyo (Japon).
Vit et travaille à New-York (USA).
Yoko Ono est une artiste particulièrement active dans le domaine de l’art d’avant-garde et d’expérimentation. Elle a fait parti de la scène avant-gardiste artistique avec Fluxus, mouvement d’art contemporain né dans les années 60 qui toucha principalement les arts visuels, la musique et la littérature. Yoko Ono est une activiste pour la paix et la défense des droits de la femme.

David Robbins « Utopia Station »
Né en 1957 à Whitefish Bay, Wisconsin (USA).
Vit et travaille à Milwaukee (USA).
David Robbins est auteur et artiste. Contributeur régulier des magazines tels que Real Life (dans les années 80), Purple Prose (dans les années 90) et Artforum, il est l’un des premiers à s’interroger sur l’entrée du domaine de l’art dans l’industrie culturelle. Tant son travail que ses écrits portent la trace d’une réflexion sur le spectacle, la transformation de la figure de l’artiste dans le régime spectaculaire et le devenir du spectateur de l’art.

Martha Rosler with Oleanna Group « Utopia Station »
Née en 1943 à Brooklyn (USA).
Vit et travaille à Brooklyn (USA).
Engagée dans les mouvements féministes et anti-guerre dès la fin des années 1960, Martha Rosler développe une pratique artistique qui rocède d’une réflexion critique vis-à-vis de la société américaine jusque dans sa plus récente actualité. Par la photographie, le photomontage, la performance et la vidéo, elle interroge les relations de pouvoir et de domination entre les idéologies politiques et les individus : la place des femmes, l’espace urbain, les offensives militaires engagées par les États- Unis au Vietnam, mais aussi en Irak. L’écriture (poésie, prose) tient une place importante dans son œuvre.

Ed Ruscha « Utopia Station »
Né en 1937 à Omaha, Nebraska (USA).
Vit et travaille à Venice, Californie (USA).
L’art de Ruscha défie la catégorisation facile : utilisant diverses techniques, son œuvre se situe à la frontière du pop art et de l’art conceptuel. Travaillant souvent de manière sérielle, Ed Ruscha tend, par la mise en exergue de la banalité des espaces urbains, à interroger le regard que nous portons sur le monde et les influences de notre mode de vie, souvent urbain et médiatique, sur ce regard.

Carolee Schneemann « Utopia Station »
Née en 1939 à Fox Chase, Kentucky (USA).
Vit et travaille à New-York (USA).
Carolee Scheemann fait partie de ces artistes féminines qui depuis les années soixante questionne le rapport au corps de la femme et en particulier son rôle et sa place dans la société par le biais de la performance et du body art.

Allan Sekula « Utopia Station »
Né en 1951 à Erie, Pennsylvanie (USA).
Vit et travaille à Los Angeles (USA).
Historien de la photographie, essayiste et artiste, Allan Sekula cherche à repenser la photographie documentaire en rendant compte des problèmes sociaux, tout en les inscrivant dans un capitalisme qu’il décortique pour en extraire les dérives, questionnant ainsi la logique du système social. Son travail photographique est le plus souvent accompagné de textes ou de paroles, l’image ne pouvant être, selon lui, dissociée d’un texte qui doit nécessairement l’orienter.

Patti Smith « Utopia Station »
Née en 1946 à Chicago (USA).
Vit et travaille à New-York (USA).
Chanteuse de rock , annonciatrice de la vague punk dans les années soixante dix, Patti Smith est aussi peintre et photographe. Comme beaucoup d’artistes, elle dénonce depuis quelques années les orientations du système américain et en ce sens s’est engagée contre le gouvernement Bush, notamment envers la guerre en Irak et les conflits au Moyen-Orient.

Immanuel Wallerstein/Rirkrit Tiravanija « Utopia Station »
Immanuel Wallerstein
Né en 1930 à New York (USA).
Vit et travaille à New Haven, Connecticut (USA) et Paris (France)
Wallerstein débuta sa carrière en tant qu’expert des affaires post-coloniales africaines auxquelles il consacra la majorité de ses travaux jusqu’au début des années 1970. Il se distingue ensuite comme historien et théoricien de l’économie mondiale capitaliste au niveau macroscopique. Wallerstein constitue l’éminence grise du mouvement altermondialiste avec entre autres Pierre Bourdieu. Ses positions politiques sont critiquées par les néolibéraux et des milieux concervateurs mais aussi par des historiens condamnant le fait qu’il tend à négliger la dimension culturelle en la réduisant à l’état de doctrine officielle des états.
Rirkrit Tiravanija
Né en 1961 à Buenos Aires (Argentine).
Vit et travaille à New-York (USA), Berlin (Allemagne) et Bangkok (Thaïlande).
Depuis le début des années 1990, Rirkrit Tiravanija explore une nouvelle forme de paradigme esthétique basé sur l’interactivité. Il se voit comme le catalyseur de situations auxquelles les visiteurs sont invités à participer. En retour, leur expérience partagée active l’œuvre d’art, lui donnant son sens et modifiant sa forme. C’est notamment au sujet de l’œuvre de Rirkrit Tiravanija que le critique d’art et commissaire d’exposition Nicolas Bourriaud a inventé le concept d’« esthétique relationnelle » : l’art est un point de rencontre, de communication et d’échange, et Tiravanija insiste sur le rôle social de l’artiste.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
centre d'art bastille - Site sommital de la Bastille - Fort de la Bastille - Grenoble - Tél : 04 76 54 40 67 -